2013-07-16

Dessine moi twitter ! .... sans rien oublier !

    
   Dernier jour de l'année dans la classe, les élèves ont travaillé quasi quotidiennement avec Twitter. 

Le projet    ICI .
     Ils ont progressivement découvert cet outil , ils en ont parlé autour d'eux , à leurs parents à leur famille, leurs parents sont venus écrire sur Twittter. Les élèves ont vu que des gens s'intéressaient aussi à leur travail bien au delà de l'école, ils ont participé à un concours de Twitt et ont gagné le second prix... 

           Twitter a nourri enrichi la classe  en y apportant la rigueur de l'écrit, mais aussi le parfum de l'inconnu et de la découverte, en y installant l'habitude de l'exercice qui forge l'expérience de l'écrit et la surprise de découvrir un matin, qui souhaite lire les messages que nous écrivons.   Twitter  leur a demandé de questionner tous les jours ce qu'il se passait dans l'intimité de la classe pour en exposer une part choisie aux parents et à tous les abonnés du comptes; pour tout cela ils ont dû s'écouter, s'entendre pour trouver un sujet commun, négocier et argumenter.

Une question me travaille, quelle représentation de Twitter les élèves ont ils construit tout au long de cette année.

Comme toujours dans pareil cas le plus simple est de leur poser la question. D'ou cette demande de ma part en ce dernier jour de classe de l'année :

Est ce que vous pourriez me dessiner Twitter ? ...  sans rien oublier !

Le résultat ne s'est pas fait attendre, toute la classe c'est mise au travail !! les moyens comme les grands ...

Quelques échantillons de dessin réalisés par les Moyens et les Grands 






















Et il encore possible de douter de la richesse de ce qui a été construit par cette année de travail avec Twitter quand on voit les dessins réalisés.

       L'école, la maison, les parents, les élèves, les enseignants rien ne manque; les interfaces ordinateurs tablettes téléphone ... le tout en lien par des fils ; même le boitier CPL qui apporte le réseau en classe est représenté dans certains dessins. Les différents moments sont aussi croqués; la conception ensemble sur les bancs, la saisie avec Mélanie l'ATSEM, la lecture à la maison....  mais aussi les messages, l'avatar ...

         Que ce soit chez les Moyens ou chez les Grands tout y est !! on sent à travers ces dessins que ce travail a véritablement touché de nombreux domaines; 
  • Technologique :  Présentation des objets, machines, boitier ...

  • Relationnel  Présence de nombreux personnages; mais aussi matérialisation des liens créés par Twitter  entre l'école et la maison ou entre les personnages. 

  • Affectif       Tous les personnages ont le sourire, et de nombreux élèves de Grande Section ont écrit les prénoms de leurs amis sur leur dessin.

  •  Scolaire     Représentation des situations de classe conception et saisie des tweets avec l'aide des adultes enseignants et ATSEM, nombreux écrits ou représentation de l'écrit.

  •  Numérique La présence de l' avatar de la classe (oiseau noir) et de l'oiseau Twitter dans de nombreux dessins nous rappelle que les élèves ont bien conscience qu'ils  ont dans dans ce projet survolés les mondes numériques. 
         Est ce à dire que déjà ils sont capables de les appréhender avec un peu de distance ?
Cette sorte "d'évaluation" en forme de question ouverte m'incite à penser que ce travail  




Il y a aussi des guitares qui trainent par ci par là ;-)



Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

2013-07-12

Ecrire et Publier grâce aux Tablettes tactiles en Grande Section Maternelle : Un petit Bilan

 Bilan de cette année d'écriture numérique

  
retrouver l'exposé du projet ICI 

Le premier constat a été que la manipulation des outils numériques d'écriture par les élèves est une réussite. Que ce soit pour la saisie des textes ou pour la mise en page des photos , sous Android avec SCRAP! ou sous IOS avec Book Créator les élèves sont peu à peu au fil de l'année devenus autonomes. 

Le désir d'utiliser ces outils est resté fort tout au long de l'année. Cela tient d'une part à l'attrait des objets eux-mêmes mais aussi aux situations pédagogiques d'écriture mises en place. Dans un cas comme dans l'autre le fait que ces écrits soient dès leur conception pensés comme des messages destinés à quelqu'un ( les parents) a maintenu les élèves dans une situation de rigueur et d’exigence pour la réalisation de leurs articles. Ceci n'a pas faibli et les questionnements en cour d'année sur le fait de continuer ou cesser d'écrire ont toujours vu l'expression de leur désir de poursuivre à écrire.

Pour l'enseignant aussi c'est un facteur de motivation et de maintien de la continuité de la réalisation des écrits. Une sorte d'engagement moral vis à vis des parents et des élèves eux mêmes à poursuivre le travail d'écriture. Il s'établit une sorte de rituel autour de l'écriture qui dans nos projets en Grande Section est resté collective .

Ce rituel semble poser un cadre pour le groupe classe, et lui permet aussi de définir une sorte "d'identité du groupe classe". En écrivant collectivement ces messages, les élèves écrivent aussi l'histoire de la classe et ces écrits arrivent à former un socle commun explicite, sorte de fondation du groupe autour d'un pacte d'écriture auquel l'enseignant collabore.
De ce point de vue ces situations d'écritures renforcent chez ces élèves les capacités d'intégration à un groupe, leur donnent du sens et une certaine "matérialité". Les messages même si ils sont numériques seront des traces tangibles qui persisteront et dépasseront   l’existence "réelle" du groupe. 

Point n'est besoin de rappeler combien il est important, pour qu'une  classe travaille en bonne intelligence, de construire le groupe classe , de lui donner une identité forte, de faire en sorte que les élèves puissent construire le sentiment d’appartenance à une communauté. Cet effet n'était pas forcement attendu lors de la conception du projet mais il se révèle être un facteur qui nous encourage à poursuivre dans cette voie.


En revanche des effets attendus ne se sont pas manifestés à la hauteur de ce que nous avions prévu. La participation des parents et particulièrement les retours sur les publications ont été très faibles.  Seul une petite minorité des parents, un petit "noyau dur" a effectivement posté des retours (commentaires sur le blog et messages sur Twitter) sur les activités d'écriture de la classe. 
Nous avons constaté que chacun de ces retours provoquait chez les élèves, un grand plaisir et une envie de poursuivre leur travail d'écriture. 
Il nous faut à présent chercher à faire venir les parents plus massivement dans les espaces numériques  proposés par les classes ; pour cela nous pensons développer nos projets dans deux directions.

Dans les contenus nous pensons à solliciter les parents plus directement, poser des questions , demander de l'aide... et demander aux élèves, au moins au départ, d'être les relais de ces demandes à la maison.

La seconde piste consiste à proposer en plus des messages de la classe un contenu en ligne qui soit susceptible d'intéresser plus directement les parents. Pour cela il serait intéressant d'utiliser l'an prochain  Evernote; un software permettant aux élèves de produire des "notes"  et de les stocker dans le Cloud. 
Evernote pourrait permettre la mise en place d'une sorte de micro-ENT de classe regroupant parents, élèves et enseignant. L'avantage d' Evernote par rapport à un ENT classique réside dans le fait que grâce aux tablettes les élèves peuvent publier eux même sur leur carnet ou celui de la classe. En grande section pour des élèves non lecteurs qui ne manipulent pas encore les fichiers et ne se repèrent pas dans une arborescence, c'est un avantage considérable.

Chaque élève pourra ainsi alimenter un carnet personnel de travail visible uniquement par ses parents. Un carnet de classe sera aussi proposé et nous espérons que si les parents prennent l'habitude de consulter le carnet de leur enfant en ligne, ils iront aussi consulter le carnet collectif de la classe. 
La encore les élèves pourront servir de relais dans les familles.

Les choses avancent dans le domaine du numérique à l'école. Dépassé le temps où il fallait faire entrer le numérique dans les classes (en y installant des machines) l'heure est peut-être à faire en sorte que l'école investisse les Mondes Numériques, que les élèves puissent s'y repérer, y travailler, y communiquer et peut-être y entrainer aussi  leurs parents.







Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

2013-04-28

Écrire en Grande Section Maternelle à l’aide de Twitter

Comment naissent les twitts quotidiens dans une classe de Grande Section?
Petit compte rendu de la façon dont sont élaborés les twitts.

@camusmat04

 


Les twitts de la classe sont écrits sur le principe de la dictée à l’adulte. Cette technique est couramment employée en Grande Section de maternelle.

Quelques références empruntées à Marilou Plot CPC Auxerre 4 et Martine Poirier CPC Auxerre (1)

La dictée à l’adulte : "C’est le moyen de faire produire à l’enfant un texte quand il ne peut pas encore graphier tout seul.

 

 

L’enfant confie à l’adulte, qui sait lire et écrire, le texte qu’il ne peut encore écrit seul. La dictée à l’adulte se pratique entre un apprenant et un expert, qui va mettre ses compétences au service de l’apprenant.
 

 

Ensemble, patiemment, enfant(s) et adulte donnent forme à l’histoire qui voit le jour : du jet initial au " beau texte" qui sera imprimé, lu à l’école et à l’extérieur de l’école.
La dictée à l’adulte doit être inscrite dans une situation de communication authentique.Ses enjeux ( message qui doit être compris par un ou des destinataires absents) impliquent le respect des conventions qui n’ont aucun rapport avec celles de l’oral, à savoir une structuration cohérente des énoncés, une segmentation de la phrase en mots, une ponctuation, une orthographe."



Passer du langage à la langue

  • Jean Hébrard intercale entre parler et écrire, une étape qui est aussi une rupture " parler l’écrit".
  • La dictée à l’adulte vise à initier l’enfant aux spécificités de l’écrit en le plaçant dans une situation de production.
  • Elle permet à des enfants en début d’apprentissage de saisir comment s’élabore un texte, à un moment où ils deviennent capables de concevoir et d’énoncer des messages scriptibles, mais pas encore de les graphier ou des les orthographier sans peine.
  • Elle permet de motiver les enfants et les aider à surmonter les difficultés inhérentes à l’apprentissage de l’écriture pour que très tôt celle-ci devienne un langage privilégié de communication et d’expression qui les aide à structurer leur pensée.
  • La dictée à l’adulte s’inscrit dans une progression d’apprentissage dont la finalité est de faire accéder l’élève à une écriture autonome et un soutien permanent de l’effort langagier de l’enfant.
 

L’écriture des twitts de la classe fonctionne donc sur ce modèle. Pour avoir une idée plus précise de ce travail je vous propose de retracer l’élaboration de certains des twitts de la classe.
 

Comptes rendu d’écriture de twitts

 

  • 1 Le sujet choisi par les élèves est la Saint Valentin

La première proposition d’un élève est celle ci :

Aujourd’hui c’est la Saint Valentin pour offrir des cadeaux aux amoureux.

L’enseignant demande aux autres élèves si c’est bien cela qu’ils veulent dire.

Nouvelle proposition

Aujourd’hui c’est la Saint Valentin les garçon offrent des cadeaux

L’enseignant questionne à nouveau cette proposition, demandant des précisions "à qui les garçons font ils des cadeaux" Vous ne parlez plus des amoureux..

La proposition suivante sera :

Aujourd’hui c’est la Saint Valentin. Les amoureux font des cadeaux.

L’enseignant demande à qui les amoureux font des cadeaux.

La dernière proposition sera :

Aujourd’hui c’est la Saint Valentin. Les amoureux se font des cadeaux.

L’enseignant a ainsi progressivement aidé les élèves questionner leurs propositions orales, à préciser leur pensée afin de construire un court texte qui exprime exactement ce qu’ils voulaient dire dans un français écrit correct.

 

  • 2 Le sujet choisi est l’accident de ski de Paul, un camarade de la classe.

La première proposition est :

Paul est allé au ski, se casser la jambe.

Relance : On comprend que Paul fait du ski pour se casser la jambe, Des élèves reprennent ; il ne voulait pas, il n’a pas fait attention...

Nouvelle proposition

Paul est allé faire du ski, il a trébuché sans faire exprès et s’est cassé la jambe.

Relance : Est ce qu’il a dit qu’il avait trébuché ? Les élèves répondent :"Non il est tombé", Comment peut on dire vos trois idées ; faire du ski ; tomber ; casser.

Nouvelle proposition :

Paul est allé faire du ski, il est tombé sans faire exprès et s’est cassé la jambe.

un autre élève ajoute : Il est revenu en classe avec un fauteuil roulant

A partir de la première proposition :

Paul est allé au ski, se casser la jambe.

La dictée à l’adulte permet aux élèves de construire, de préciser et d’enrichir leur langue et de produire le court texte suivant :

Paul est allé faire du ski, il est tombé sans faire exprès et s’est cassé la jambe. Il est revenu en classe avec un fauteuil roulant.
(1) 
 http://cpaien89.free.fr/Pedagogique/Maitrise_de_la_langue/Dictee_a_
l_adulte/dictee_a_l_adulte.html


 Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

2013-04-04

Ecrire et Publier grâce aux Tablettes tactiles en Grande Section Maternelle



Compte rendu d'une expérimentation réalisée par deux classes de Grande Section de l’École Maternelle A Camus à Talence par Véronique Ribéra et Philippe Guillem 2012/2013
--------------------------------------


        Le projet consistait à mettre en place parallèlement dans les deux classes des situations d'écritures motivantes pour les élèves et  leur permettre d'être le plus autonome possible dans la production et la diffusion de ces documents. 


        Les propositions pédagogiques de départ communes aux deux classes étaient les suivantes :

·         Écrire pour informer les parents sur la vie de la classe. Cette situation déjà éprouvée a montré la motivation des élèves à écrire pour des gens qui leur sont proches et qui sont en demande d'information sur la classe.

·         Écrire pour mettre en place une interaction qui nourrit le travail d'écriture au fur et à mesure du projet. ( retours, commentaires encouragements à écrire...)

        Les enseignants ont choisi d'utiliser dans ce projet des outils numériques car il leur a semblé que ; les tablettes tactiles pouvaient faciliter l'autonomie dans la réalisation des documents et que la diffusion sur internet grâce au blog et aux espaces de stockage
 en ligne permettaient un partage facilité ainsi que la possibilité de l'interactivité.

        Sur ces bases deux projets ont vu le jour utilisant des moyens différents.

1.      Véronique Ribéra a choisi d'utiliser une tablette tactile « Acer » sous Android et l'application SCRAP pour l' élaboration des documents numériques et le blog avec commentaires ouverts aux parents (et bien sur modérés) comme moyens de partage.

2.      Philippe Guillem a choisi d'utiliser une tablette « Ipad » et l'application Book Creator pour élaborer des « Livres numériques » qui  puissent être partagés en ligne dans un espace de stockage « DROPBOX » Le compte twitter de la classe permettant d'assurer la diffusion au parents ainsique  les retours .

Le poster réalisé pour la présentation du projet au Forum des Enseignants Innovants de Nantes 2013 à l'initiative du Café Pédagogique 



Spécificités du projet Tablette Android / Blog de Véronique Ribéra


Les textes sont saisis sur la tablette avec l’application Scrap !, dans laquelle les photos peuvent être importées. Cette application permet de choisir la disposition des différents blocs et une mise en page colorée. La prise en main de l’application est très simple pour les élèves qui sont vite autonomes. La page est ensuite exportée sur le blog de la classe au format image.

Le blog a été ouvert grâce à la plate-forme académique qui sécurise les contenus (pas de publicités) et en simplifie la gestion pour l’enseignant.


Les parents ont été invités lors de la réunion de début d’année, à échanger avec la classe en posant des questions lorsque le contenu des messages n’était pas clair, à réagir aux informations mises à leur disposition sur le blog. Ces échanges amènent les élèves à se poser des questions sur la façon dont leur message va être reçu et à prendre en compte les récepteurs.

Le choix des sujets est débattu en classe, puis voté. Une sorte de carte mentale permet de cerner les informations à insérer dans le texte, puis celui-ci est dicté à l’adulte. Le blog demande un titre à chaque message, il faut donc synthétiser le contenu du message. Par la suite, le blog est projeté sur le tableau de la classe à l’aide d’un vidéo-projecteur et les commentaires éventuels sont lus. Le contenu du commentaire et la nécessité d’une réponse à apporter sont interrogés. Les élèves parviennent, par le débat, à entrer dans cette problématique.

Spécificités du projet Tablette IOS / Stockage en ligne de Philippe Guillem

La problématique de départ était donc d'améliorer la communication entre l'école, les parents et les élèves. J'utilise déjà depuis plusieurs années un compte Twitter sur lequel les élèves publient des informations choisies sur les activités de la classe, mais le format twitter , très intéressant pour la production d'écrits par les élèves ainsi que pour le travail sur l'initiation aux réseaux sociaux reste cependant circonscrit à la création d'un texte « brut ». L'utilisation d'une tablette tactile pour faire produire aux élèves , de façon quasiment autonome, des documents plus complexes tels que les livres numériques à ouvert le champ de nouvelles pratiques pédagogiques. 

video
  

La création de ces livres numériques par les élèves a l'immense intérêt de susciter l'adhésion des élèves aux projets proposés.

Les enfants sont un peu plus intéressés par le fait d'écrire, mais pas tant que cela ; ce qui me paraît important c'est que l'écrit prend véritablement prend plus de sens pour eux car ils sont installés dans une véritable pratique. Les élèves sont à même de penser de l'écrit de le formaliser ce qui est prépondérant dans l'apprentissage de la lecture. Les parents qui se manifestent sur le réseau et qui encouragent les travaux de la classe sont un facteur de motivation important pour les élèves (et pour l'enseignant). Il reste encore des représentations à transformer, des habitudes à changer pour amener plus de parents dans les mondes numériques de l'éducation. Cela viendra.

Actuellement deux types de projets sont menés dans la classe.

  • Les écrits de mémoires : garder des traces, et pouvoir présenter des productions éphémères  telles que celles réalisées au moment de l'accueil avec des jeux de construction, de l'argile ou lors des fabrication d'objets en trois dimensions... Dans ces activités les élèves prennent des photos de leur réalisation , les intègrent sur une page de livre et ajoutent leur prénom ; ils sont totalement autonomes dans cette activité.
  •  Les « reportages » sur certains moments de classe : Comment avons nous décoré la classe pour Noël, comment avons nous fait pour réaliser une couronne des roi... Dans ce cas le la structure du document (chronologie, choix des illustrations...) est discutée en classe et les textes sont élaborés par les élèves sous dictée à l'adulte.

    Le compte "dropbox" de la classe héberge ces travaux, à cette adresse
    https://www.dropbox.com/sh/bxrgbpx76zifh6i/qatf9pY731
Commentaires des parents sur le compte twitter de la classe :


Les stratégies pédagogiques n'ont pas réellement été modifiées par l'utilisation des tablettes puisque la dictée à l'adulte n'est pas une pratique récente, elle est tirée des processus pédagogiques inspirés des pédagogies actives héritées elles mêmes des travaux de Celestin Freinet au début du 20eme. L'idée est avant tout de partir des idées, des productions et du désir des élèves, pour les accompagner dans leurs projet et y intégrer des apprentissages.
Une pensée pédagogique préexistante utilise simplement de nouveaux outils. Twitter ou les tablettes ne sont que la déclinaison actuelle de l'atelier d'imprimerie de Freinet.

Certaines résistances sont venues particulièrement de l’accès au matériel, tablette et accès au réseau en classe mais c'est un élément contextuel, ce n'est pas le cas partout. Le réseau en maternelle n'est pas encore une évidence pour tous.

Du côté de l'institution, ces activités sont accueillies et soutenues avec bienveillance mais aussi avec une certaines prudence quant à la sortie du cadre expérimental.

L'an dernier la tablette était utilisée comme cahier de vie numérique qui allait dans les familles, cette année les élèves l'utilisent de façon autonome pour produire des documents numériques.
Je viens d'essayer récemment la plate forme « Storify » pour compiler les messages twitts écrits par les élèves sur un thème particulier et les faire partager plus facilement avec les parents et de façon plus structurée. Cela a aussi pour conséquence la mise en place de nouvelles situations d'écriture en classe.

Des perspectives :

Elles dépendront des pratiques émergentes sur le réseau et de l'évolution du matériel ainsi que de la volonté des parents d'utiliser le web 2,0 pour entrer en relation avec l'école. Elles dépendront aussi des éléments imprévisibles qui feront qu'un projet particulier pourra voir le jour.

Un concours de twitt lors de la semaine digitale à bordeaux (Festival de Twittérature) a débouché sur un projet inédit. http://fragmentsdeclasse.blogspot.fr/2013/03/un-calli-twitt-vous-avez-dit-twitteraure.html
Difficilement prévisible mais tellement riche pédagogiquement.





Tableau synthétique comparatif des deux projets.

Enseignants
  
Véronique Ribéra

Philippe Guillem

Élèves

20 élèves de Grande Section

20 élèves de Grande Section
Matériel

Tablette Acer sous Android

Ipad sous IOS
Logiciel

Scrap (version gratuite)

Book Creator 
Diffusion

Blog institutionnel

Dropbox de la classe

Type de document

Article

Livre numérique
Format du Document

Image .jpg

.epub et .pdf
Technique d'écriture

Dictée à l'adulte.

Dictée à l'adulte.
Documents multimédia

Photos.

Photos.
Interaction

Commentaires sur le blog.

Compte twitter de la classe.
Spécificités

Diffusion sur un site institutionnel.

Diffusion sur site non institutionnel car pas d'équivalent institutionnel
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

2013-03-18

Un "Calli-twitt" ? Vous avez dit twittérature !

Du 25 au 31 Mars 2013 Bordeaux propose sa Semaine Digitale et accueille dans ce cadre le 2nd Festival de Twittérature.

          Depuis le début de l'année les élèves twittent quotidiennement des informations à destinations de leurs parents. Je poursuis par là même l'expérience initiée les années passées toujours avec des élèves de Grande Section ( des détails ici ).


                Cette année le Festival de Twittérature propose "un concours de Twitt" ayant pour sujet "le Pont"

A bordeaux nous inaugurons le nouveau pont Jacques Chaban Delmas, cela tombait donc magnifiquement bien !!  

J'ai donc proposé aux élèves de participer à ce concours. La mise en route du projet a débuté par une brève discussion avec la classe.


Le Maître  : "Si vous voulez participer à ce concours il faudra que vous écriviez ce twitt tout seuls"
Les Élèves : "Mais on ne sait pas écrire"
Le Maître  : "Alors qu'est ce que vous savez faire ?"
Les Élèves : "On sait dessiner."
Le Maître  : "Alors vous n'avez qu'a dessiner un twitt."
Les Élèves : "Mais comment on va faire ?"
Le Maître  :" Vous allez devoir chercher "
Les Élèves : " Comment on peut dessiner sur twitter... avec des lettres ? " 

Comment dessiner avec des lettres ? La question était posée. Ils ne restait plus qu'a faire éclore la réponse que ces élèves allaient lui donner.

La première proposition fut donc de leur demander de
                                                                  Dessiner le pont avec des lettres.

Toutes les propositions ont été affichées au tableau et discutées .  



Avec les élèves nous avons effectué un tri en nous basant sur les critères fixés par twitter. 

 Les dessins ne devaient comporter que des lettres , pas de traits pas de coloriages ... uniquement des lettres.

 Les propositions ont été variées.
 

 
Certaines ont été écartées

Certaines ont été conservées                                       --->




Jusqu'à présent les élèves ont utilisé des lettres uniquement comme matériau, sans se préoccuper du sens .


 
A ce stade il convenait d'installer le travail d'écriture des élèves dans la littérature

Je leur ai donc proposé une rencontre avec le travail de Guillaume Apollinaire et ses "Calligrammes" (1918).

Calligramme composé de calligraphie et de idéogramme est le terme inventé par Apollinaire pour nommer ces dessins poèmes ; ces poèmes graphiques .De nombreux autres exemples sont disponibles sur internet

De là est nait le terme de "Calli-twitt" composition de Calligramme et de Twitter.


A partir de ce moment les élèves avaient donc à composer un " Callitwitt "; petit poème dessiné sur twitter. Il était important de proposer cette étape avant de commencer le réel travail d'écriture, il fallait à ce moment structurer l'activité et l'inscrire dans la langue.


L’activité d'écriture devait s'inscrire dans un cadre qu'il a fallut déterminer plus précisément en fonction des contraintes de la publication sur twitter. . Pour cela j'ai proposé une grille composée de 4 lignes de 30 carrés (120 caractères) dans laquelle ils allaient devoir inscrire leur twitt. (au centre de l'image ci dessus).

J'ai proposé aux élèves de faire des recherches graphiques pour trouver comment ont pouvait dessiner ce pont dans la grille twitter.
Là encore de nombreuses propositions ont été faites et ont été discutées, jusqu'à ce que l'on tombe d'accord sur  certains  critères permettant de caractériser le nouveau pont de Bordeaux . Le pont devait comporter 2 rampes de chaque côté, un tablier central et 4 piliers.

  
 Des essais  ont été écartés










 Certains étaient imprécis, 
< pas assez large

         il manque des piliers >



 
 
 Deux types de projets ont été jugés convenables :
< position basse
                    position haute >




J'ai proposé aux élèves de commencer à penser à ce qu'ils voulaient dire dans leur callitwitt. Nous avons ensemble convenu qu'il fallait 
  • Écrire : "Le pont Jacques Chaban Delmas"  
  • Dire comment était ce pont " beau, joli, grand, neuf, blanc..."
  • Dire où il se trouvait "Bordeaux, Garonne". 
Tous ces mots ont été écrits sur papier pour servir de modèle d'écriture. Sur des grilles ou préalablement la silhouette du pont a été repérée par coloriage, les élèves ont cherché à comment agencer  les mots retenus sur le dessin du pont.


Il a fallut choisir les mots qui entraient convenablement dans le dessin.

Aucun problème pour "Le pont Jacques Chaban Delmas" le nom du pont a rapidement trouvé sa place sur la grande ligne horizontale du tablier du pont. En ce qui concerne les autres "petits" mots, ils ont donné lieu à un débat . Fallait il les inscrire verticalement sur les piliers ? Dans ce cas ils rencontraient les lettres du tablier et la lecture était impossible. Le choix a été fait par les élèves de les disposer horizontalement, ce qui posait un problème de longueur de mot (4 caractères) . La classe a dû étudier la longueur des mots proposés et ne retenir que les mots de quatre lettres, Beau et Neuf . Blanc (5 lettre) a nécessité un petit aménagement ; c'est la raison pour laquelle il se trouve en bas. Rien n'était à priori interdit et ces choix ont tous été négociés par la classe.

Une maquette du twitt affichée au tableau a permis de fabriquer un modèle du twitt du concours et nous avons essayé de publier le "calli-twitt' sur le compte de la classe pour vérifier que le dessin du pont était visible.

Le "callitwitt" 

________B__E________A__U____________
________N__E________U__F____________
__LEPONTJACQUESCHABANDELMAS__ 
________B__L________A__NC___________
 
 





 
 




Certains parents nous ont souhaité bonne chance pour le concours de twitt dès le lendemain .

Quelques réactions des parents sur Twitter et les réponses que nous avons postées:

Vive le calli-twitt! et félicitation à toute la classe!
                           @Parents Merci beaucoup ! c'est très gentil à vous.
il est beau ce "calli-twitt". On pense que vous allez gagner !
                           @Parents Merci de nous dire cela!
Félicitation pour ce calli tweet et le travail réalise pour y arriver
                           @Parents  Nous vous remercions beaucoup.
Bravo les enfants, vous avez beaucoup travaillé! Et Merci Philippe pour ce très beau projet, nous vous souhaitons bonne chance
                            @Parents Merci beaucoup de nous encourager comme cela.



Au delà du caractère anecdotique de cette courte présentation, il me semble important de préciser ce qui à mon avis semble en jeu dans cette séquence.

Pourquoi les élèves sont entrés dans ce projet ? 

Paradoxalement la situation de concours n'a pas été un facteur de motivation car la compétition n'était pas une évidence pour eux dans cette situation. Le plaisir est semble-t-il venu plutôt de la manipulation.
Les premières recherches ont suscité beaucoup d'intérêts; la manipulation des lettres comme des unités graphiques, des "briques" de dessin les a particulièrement intéressé. Ils ont fait souvent plusieurs essais et ont beaucoup échangé sur le sujet.

Manipulation et construction; les maîtres mots de cette séquence.

Le travail structuration et de repérage proposé par l'inscription du pont sur le grille de twitt à lui aussi suscité un vif intérêt. Les commentaires et les choix pour établir la structure finale du pont ont amené les élèves se questionner sur le comment transposer la réalité observable du pont (une visite aurait certainement accentué le processus) sur une feuille de papier.  C'est un exercice difficile; mais comme ils sont toujours plein de ressources, ils ont trouvé spontanément une aide pour ce passage. 
 Ils se sont emparés du jeu de "KAPLA" de la classe pour construire des "Pont Jacques Chaban Delmas"




Pas de doute possible ces élèves étaient bien dans une dynamique de transposition, de manipulation et de construction.

L'articulation ; le passage en littérature. 

           Il devenait alors possible, me semble-t-il à se stade de s'appuyer sur cette dynamique pour passer du monde des objets à celui de la langue. 

           Guillaume Apollinaire par la poésie de ses Calligrammes a permis cela. La découverte et la lecture des calligrammes (ceux d' Appolinaire et d'autres) a provoqué chez ces élèves un réel et vif étonnement. Ils ont pu percevoir que l'on pouvait mettre en relation la forme de la langue et le message de cette même langue. 

Tout comme ils ont pu transcrire la réalité "extérieure" du pont sur une feuille de papier ils allaient maintenant pouvoir transcrire une pensée "intérieure" en message, sur cette même feuille de papier, grâce à la langue.
Le travail de choix des mots à utiliser pour le twitt, le nombre de lettres, leur place dans la grille prenait à présent tout sont sens. La réalisation de la maquette du twitt en manipulant physiquement les lettres sur la grille, en permettant des essais, des retours a fini d'installer l'écriture dans une véritable manipulation de la langue.

Envisager la langue comme un jeu de construction, comme un objet de manipulation au service su sens; nous étions enfin au cœur du sujet de cette séquence.



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce premier Callitwitt a valu à la classe un Twitter d'Argent , second prix de la catègorie Primaire 


Nous avons gagné : Un beau livre sur Québec, un diplôme de l'Institut de Twittérature Comparée et une Tablette Tactile, les félicitations des parents, et de bons moments passé en classe dans le plaisir de chercher.


  Quelques félicitations des parents


Un grand merci à Jean Michel Leblanc @centquarante et Jean Yves Féchette @pierrepaulpleau les deuyx présdents des Instituts de Twitérature Comparée pour ce concours qui permis la mise en place de ce travail.



Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.